Vous êtes ici : Accueil » Centre de Valorisation Energétique » Cogénération » Le réseau de chauffage urbain

Le réseau de chauffage urbain

Depuis le 30 octobre 2014, les 1 485 logements qui dépendent de la chaufferie de la SEC sont chauffés et alimentés en eau chaude grâce à l’incinération des déchets du SIAVED.

Mise en service du réseau

C’est avec fierté que le Président du SIAVED, Charles LEMOINE, a symboliquement ouvert la vanne d’alimentation en eau chaude, ce jeudi matin, de ce nouvel outil qui s’inscrit  dans la politique de développement durable du syndicat.

Pari gagné, le SIAVED fait de la cogénération. Après les études réalisées en 2013 et la phase chantier avec notamment le déploiement des réseaux dans la ville, la valorisation énergétique thermique est maintenant une réalité. Le SIAVED alimente le réseau déjà existant de la chaufferie de Douchy-les-Mines depuis ce jeudi 30 octobre puisque le Centre de Valorisation Energétique du SIAVED à Douchy-les-Mines a envoyé les premiers mégawatts dans le réseau de chauffage douchynois. 

Le principe est simple, de l’eau chaude véhiculée dans des tuyaux enterrés est utilisée comme vecteur pour transporter de la chaleur entre le lieu de production (CVE) et le lieu d’utilisation (logements). La chaufferie est ainsi alimentée en énergie, on parle ici d’énergie de récupération. Rien ne change pour les locataires des 1485 logements raccordés qui ne trouveront que des avantages à cette nouvelle source d’énergie car ne sont produits ni bruit, ni fumées, ni poussières, ni odeurs et ils verront baisser le prix de leurs charges liés à l’énergie.

Déjà 100 000 kWh ont été consommés pour cette première journée de mise en service. L’eau envoyée pour le moment avoisine les 90°C mais atteindra les 105°C très rapidement pour un fonctionnement normal du réseau.

Indépendance énergétique, sécurité d’approvisionnement, lutte contre la précarité énergétique, développement économique, lutte contre le changement climatique...
  Les réseaux de chaleur sont aujourd’hui incontournables dans les politiques énergétiques européenne, nationale et des collectivités locales.

Article actualisé

Carte d'implantation du RCU

« UN RÉSEAU DE CHAUFFAGE URBAIN (RCU) SE DOIT D’ÊTRE UN OUTIL EXEMPLAIRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE AU-DELÀ DE LA FOURNITURE DE CHALEUR : IL S’AGIT D’UN SERVICE PUBLIC ET NON D’UN SEUL SERVICE COMMERCIAL. »

Les déchets ménagers comme source d’énergie pour les réseaux de chaleur urbains. Le Centre de Valorisation Energétique de Douchy-les-Mines est le premier en Nord-Pas de Calais à le réaliser grâce à une coopération entre la SA du Hainaut, la SEC et le SIAVED.

En plus de la production d’électricité effective depuis 2005, le SIAVED a décidé de valoriser la chaleur perdue jusqu’à maintenant (chaleur dite fatale) pour permettre de chauffer 1 400 logements, des groupes scolaires mais aussi des bâtiments publics comme le Centre des Arts et de la Culture de Douchy-les-Mines.

Avec la signature de ce partenariat entre trois acteurs du territoire, c’est un pas de plus en faveur du développement durable.

En projet

Habitations pouvant bénéficier du réseau de chauffage urbain qu'alimente l'usine

A l'heure actuelle, le CVE de Douchy-les-Mines ne produit que de l'électricité à partir de l'incinération à l'aide d'un turbo alternateur. En modifiant son process, la chaleur actuellement ré-injectée dans le circuit ou même dissipée dans l'air sera également récupérée.

Le SIAVED s'associe à la chaufferie de Douchy-les-Mines, qui chauffe 1 400 logements sur la commune, pour lui fournir de la chaleur dans son réseau. La chaufferie est exploitée par la société SEC.
Ce partenariat se fait avec la chaufferie de Douchy-les-mines pour des raisons géographiques. Le réseau existant appartenant à GHI se trouve à proximité de l'usine et il est ainsi possible de limiter la distance de tuyaux du réseau et ainsi ne pas perdre de la chaleur.

La partenariat est convenu de telle sorte que le SIAVED se positionne en vendeur d'énergie directement au CVE, ainsi GHI a en charge les travaux de tuyaux pour venir se brancher à l'usine. Cependant, le SIAVED doit revoir le process du CVE et d'importants travaux vont devoir être réalisés pour récupérer cette chaleur et la ré-injecter dans le réseau de chaleur urbain.

Montant des travaux : estimés à 1 000 000 €

Avantages d'un tel projet

  • Une baisse des charges de chauffage pour les locataires alimentés par le réseau de chauffage de GHI branché au CVE.
  • Une linéarité des prix du chauffage dans l'avenir.
  • La mise en place du réseau de chauffage nécessitera la rédaction d'un contrat de partenariat où le SIAVED sera le fournisseur d'énergie d'une durée de 23 ans avec la société GHI.
  • TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) réduite et pérennisée pour le SIAVED avec un évitement de 360 000 € par an.
  • Les communes adhérentes pourront bénéficier d'avantages avec la taxe carbone.
Schéma de principe de la mise en place de la cogénération pour alimenter un réseau de chauffage urbain